Les 100 jours miraculeux du gouvernement Essid selon Sigma conseil

NG

Selon le sondage de Sigma conseil, effectué entre le 25 et 27 avril, soit trois jours plus tôt, les Tunisiens pensent que le gouvernement de Habib Essid a réussi à 74,8 % » pour l’instauration de la sécurité ». 85,8 % pensent même que le rendement de Najem Gharsalli est « bon ».
Super Gov

De deux choses l’une : ou les Tunisiens contactés croyaient qu’on parlait de la Suède et non de la Tunisie qui vient de subir, entre autres, l’un des plus terribles attentats terroristes au Bardo… ou les gens contactés sont Suédois. Je garde ma foi en l’intégrité inébranlable des sondages de Sigma conseil, évidemment.

Hassen Zargouni, DG de Sigma conseil, a présenté, ce jeudi 30 avril, à Tunis, ce sondage en présence des ministres- du super gouvernement Essid-, Néji Jalloul, ministre de l’Education Said Aïdi, ministre de la Santé et Noomen Fehri, ministres des TIC. Et bien sûr, aucun parti de l’opposition n’a été invité pour applaudir les 100 jours miraculeux du gouvernement Essid.

Ministres zargouni

Des hommes armés arrêtés en Libye ont avoué avoir exécuté Sofiane Chourabi et Nadhir Ktari

Sofiane ChourabiDes hommes armés, arrêtés récemment par le gouvernement libyen, ont avoué avoir exécuté les deux journalistes tunisiens Sofiane Chourabi et Nadhir Ktari affirme le porte-parole du ministère de la Justice en Libye Ahmed Jmour.

Le porte-parole du ministère de la Justice en Libye (gouvernement de l’Est) Ahmed Jmour a déclaré, ce mercredi 29 avril, à l’agence Anadolu que cinq intégristes armés, arrêtés récemment, dont deux de nationalité libyenne et trois Egyptiens, ont avoué avoir exécuté, avec d’autres personnes, les deux journalistes Sofiane Chourabi et Nadhir Ktari et ce depuis le mois de décembre dernier.

Ces « aveux » confirmeraient le  communiqué publié le 8 janvier dernier sur Internet par une branche de Daech en Libye revendiquant l’exécution des deux journalistes, retenus en otage en Libye depuis le 8 septembre 2014.

Le lapsus honteux de Béji Caid Essebsi : Le « 7 novembre » est bien une mentalité

Visite Joachim Gauk

Tunis |Béji Caid Essebsi s’est trompé ce lundi 27 avril face au président de la République Fédérale d’Allemagne, Joachim Gauck en faisant un lapsus honteux. En parlant de son prochain meeting avec Merkel, il a dit « 7  »novembre » au lieu de  7 juin.

Les réflexes des thuriféraires de la dictature de Ben Ali, qui parlaient à tout va du « changement du 7 novembre 1987 » ne semblent pas étrangers aux nostalgiques de l’avant-révolution.

A écouter > Cliquez ici 

PS : No comment pour Elloumi, ministre du tourisme et son drapeau « à découper pour les pauvres » ou pour l’autre ministre de l’environnement qui veut créer « l’agence des «  »moustiques.

Rachida Ennaifer et Riadh Ferjani démissionnent de la HAICA

Rachida Ennaifer et Riadh Ferjani viennent d’annoncer leur démission de la HAICA ( Haute autorité de la communication audiovisuelle) ce lundi 27 avril, après deux ans d’engagement dans cette structure, équivalent du CSA en France.

D’après Mme Ennaifer, un premier lot d’autorisations, fait le 24 juillet 2014, a constitué « une transgression des principes de la HAICA, qui tendent à instaurer un système de régulation qui garantisse la liberté d’expression ».

Les deux membres allaient démissionner suite à cette décision d’autorisation mais ils ont choisi d’y rester pour « rectifier le processus, sauver la crédibilité de l’instance et assurer son rôle dans le suivi des élections législatives et présidentielles, » explique Mme Ennaifer sur sa page facebook.

Cependant, le 20 avril 2015, un autre lot d’autorisations à six radios et une télévision, a constitué une deuxième transgression aux « principes de la régulation du paysage médiatique notamment au niveau du pluralisme et de la diversité, » poursuit Mme Ennaifer.

Après la démission de la juge  Raja Chaouachi et de l’avocat Mohssen Riahi, c’est au tour de Mme Ennaifer et de M. Ferjani de quitter l’équipe de la HAICA.

Quatre membres y restent encore à savoir Nouri Lajmi, Hichem Snoussi, Radhia Saïdi et Habib Belaid.

Capture d’écran 2015-04-27 à 13.14.40

Tunisie : Des élèves déploient des images d’Hitler et de l’Etat islamique sur les murs de leurs lycées

Hitler à Jendouba

Lors du Bac sport qui a débuté ce lundi 20 avril, des lycéens de Jendouba ont accroché d’énormes banderoles avec la photo de Steve Jobs, celle du drapeau noir  où on peut lire »On ne sera satisfait qu’avec le commandement de Dieu », « Nous arrivons, Jérusalem », « soldats de Dieu », « Il n’y a de dieu que le Dieu » … Dans un autre lycée du même gouvernorat, c’est plutôt Hitler qui était à l’honneur, avec le drapeau allemand. Une autre banderole, encore plus choquante dans un lycée de la ville de Kairouan, des lycéens ont reproduit la scène des exécutions de l’Etat islamique.

Steve Jobs Daech

Au lycée Jeunes filles de Kairouan, des lycéens ont déployé une banderole avec la représentation de l’exécution d’hommes égorgés en tenues oranges ou brûlés vifs rappelant la scène du pilote jordanien Muath El Kasessba,..

Capture d’écran 2015-04-21 à 19.51.50

 

Y a quelque chose qui tourne pas rond chez nous, Tunisiens. En mai 2012, j’ai eu un entretien avec le député Abderraouf Ayadi. A la vue d’une affiche satirique dénonçant les projets de loi comme SOPA et PIPA portant atteinte à la liberté d’expression avec l’image d’Hitler qui s’en réjouit, l’ex-SG du CPR la regarde et puis se retourne vers moi pour me dire qu’il “respecte et aime Adolphe Hilter ».

Au début je croyais que c’était une blague, mais non, M. Ayadi a même argumenté son amour et son admiration pour Hitler, « Il n’a rien fait contre les arabes, » m’a-t-il dit. Il a ensuite rajouté, avec un air savant, que « durant la Deuxième Guerre mondiale, la situation en Tunisie s’est même améliorée avec la venue des Allemands ». Choquée, je regardais M. Ayadi et je voyais qu’il était nullement question d’humour, ni d’humour noir non plus. Il était bien sérieux.

Comment un militant comme M. Ayadi, qui a combattu la dictature de Ben Ali puisse-t-il “respecter” le génocidaire Hitler ?

Ce qui est étonnant, c’est que, quand je racontais ça, tout le monde s’en foutait et me disait que c’est « normal » puisque « Hitler n’est pas aussi mauvais que ça. »

Aujourd’hui, des élèves déploient sur les murs de leurs lycées des images d’Hitler et d’exécutions de l’Etat islamique. Et parfois quand je passe à Tunis,dans les ruelles, je vois aussi des croix gammées. Et ça ne dérange personne. Bref, y a quelque chose qui tourne pas rond chez nous.

Blog. Lilia Weslaty

Tunisie : Deux Algériens traversant la frontière avec 20 kg de cannabis agressent un agent de la douane

Deux Algériens ont traversé la frontière tunisienne près de Bouchebka ce vendredi 17 avril. Un poste avancé de deux agents de la douane ont arrêté leur voiture vers 5h45 ce matin.

Les deux hommes se sont attaqués à l’un des agents avec un bâton en fer et une lame et ils se sont enfouis du côté algérien, en laissant derrière eux leur voiture, une FIAT, et un passeport.  Leur véhicule a été saisi. Il contenait 20 kilos de cannabis, soit 200 plaques.

Photo : Mohamed Kachroudi

Photo : Mohamed Kachroudi

L’agent de la douane a été agressé au niveau de sa main et de sa jambe droites. Il est actuellement à l’hôpital de Feriana.

Photo : Mohamed Kachroudi

Photo : Mohamed Kachroudi

Ces informations ont été vérifiées par mon ami Mohamed Kachroudi qui s’est rendu à Bouchebka.

Hafedh Caïd Essebsi a créé des structures parallèles à Nidaa Tounes d’après Raja Ben Slama

Raja Ben Slama

Tunis | « Il y a à Nida une ascension fulgurante de Hafedh Caïd Essebsi qui a créé des structures parallèles au sein des sections et des départements dans certaines régions du Pays, privilégiant un seul courant : les anciens rcdéïstes, » a déclaré ce mercredi 15 avril Raja Ben Slama à la Presse.

Il n’y a pas un complot ; c’est pire qu’un complot. Comment voulez-vous supporter l’insupportable. La médiocrité des hommes et des femmes politiques en Tunisie m’agace. Il y a à Nida une ascension fulgurante de Hafedh Caïd Essebsi qui a créé des structures parallèles au sein des sections et des départements dans certaines régions du Pays, privilégiant un seul courant : les anciens rcdéïstes. Cette manière d’agir entrave la marche démocratique du parti qui n’a pas encore tenu son Congrès. Outre cela, s’est constitué autour de M. H. Caïd Essebsi un groupe de courtisans parce qu’il est le fils du Président. Je renvoie ici les lecteurs au « Traité de la Boétie pour expliquer la servitude volontaire. Autre point essentiel: on ne connaît pas M. Hafedh C.Essebsi qui n’est jamais apparu à la télé pour parler. On ne peut pas faire de la Politique en « sous-traitance« . le nom Essebsi est connu en Tunisie ; Il s’est imposé car il a son histoire. Mais le fils doit se faire un Prénom. Il doit être modeste et s’assumer lui-même. En fin de compte, tout le monde se plaint de Hafedh C.E. mais personne n’agit.  je reviens donc à la servitude volontaire et à l’insupportable.

Mme Ben Slama est une universitaire tunisienne et une sympathisante acharnée de Nidaa Tounes contre les islamistes d’Ennahdha.

Pendant que le pays vit au rythme des grèves, des polémiques sur le harcèlement sexuel, sur la corruption dans les médias, la menace terroriste, les erreurs stratégiques du ministère des Affaires religieuses pour faire face à l’intégrisme, la faillite des sociétés publiques… le parti au pouvoir de Nidaa Tounes passe, lui, par sa première transformation politique interne. La guerre de succession à Béji Caid Essebsi, entre autres à cause de son fils Hafedh Caid Essebsi, et les guerres intestines au sein de Nidaa Tounes affaiblissent indéniablement la stabilité politique en Tunisie que certains pensaient, à tort, avoir après les élections.